Plus d’une cinquantaine de souscripteurs aux 1.000 logements LPA de la nouvelle ville de Massinissa (El Khroub) ont tenu, hier, un rassemblement devant le cabinet du wali pour dénoncer les lenteurs dans le lancement du projet qui, quatre ans après son lancement, fait toujours du surplace. 

Selon le représentant des protestataires, le projet inscrit initialement à la nouvelle ville de Massinissa a été transféré quelque temps après à la localité de «Rabta», dans la commune de Didouche Mourad, sans que les souscripteurs en soient avisés. Et de poursuivre en considération que la majorité de ces derniers sont originaires d’El Khroub et y habitent, «cette délocalisation nous a plus dérangés qu’autre chose, aussi nous n’avons pas tardé à prendre contact avec le chef de daïra pour l’informer que le choix de Ratba n’était pas bon. Nous ne sommes pas satisfaits et nous réclamons qu’il soit maintenu à Massinissa comme notifié au départ». Ajoutant «hélas, notre interlocuteur a refusé de nous écouter, nous nous sommes constitués en association et sommes revenus plusieurs fois à la charge, non sans entreprendre des démarches similaires auprès de l’OPGI également et vers le mois de janvier dernier nous avons appris que le projet a été transféré une nouvelle fois officiellement à El Khroub, pas exactement à Massinissa mais dans la localité proche de Aïn Nahass. Cependant depuis et à part cette information, c’est le silence radio». Mais, dira-t-il, «nous n’avons pas baissé les bras pour autant et nous continuons à aller aux nouvelles auprès de la wilaya, de la direction du logement et pour terminer à la daïra d’El Khroub, malheureusement sans résultat palpable jusqu’à présent». 

Dans ces conditions, les manifestants ont décidé de voir le wali et demander son intervention pour «déloquer la situation», car le projet n’a toujours pas démarré et ce «contrairement à d’autres projets (LPA), qui sont déjà achevés à 70% et plus», estime-t-on. Et de déplorer que depuis le mois de mars 2011, date de dépôt des dossiers à la daïra d’El Khroub, le projet qui devait être réalisé en 18 ou 20 mois n’a au final et quatre années après pas démarré. 

En fin de matinée, les protestataires ont pu avoir une entrevue avec le chef de cabinet du wali qui leur a assuré que les entreprises de réalisation du projet ont été désignées et que tous les souscripteurs seront convoqués, à partir du 22 avril prochain, pour le payement des cautionnements et autres procédures administratives préalables.

 

Source : le quotidien d’oran