C’est la dernière ligne droite dans le parcours du secteur de l’Habitat qui est sommé de solder les opérations du logement, lancées dans le cadre du programme quinquennal 2005-2009.

Le wali de Guelma avait notifié, précédemment, des mises en demeure aux opérateurs, en fixant un ultimatum arrêté au 31 décembre 2013, à peine d’actionner une batterie de mesures coercitives à l’endroit des promoteurs défaillants.

Après la daïra de Guelma avec 807 pré-affectations et relogement dans le cadre du volet RHP, Héliopolis (213), Bouchegouf (521), et Oued Zenati (531) c’est la daïra de Aïn Makhlouf qui a entamé son programme, le 1er décembre, en relogeant les premiers 50 bénéficiaires de logements sociaux. L’action de démolition a été aussitôt engagée, en présence des éléments de la SDE qui se sont occupés à sécuriser le secteur, en prélevant les compteurs et en sectionnant le courant.

Au recensement, effectué en 2007, la daïra de Aïn Makhlouf avait enregistré 548 familles sur le programme de résorption de l’Habitat précaire qui avaient été réparties sur l’habitat urbain collectif (170 unités) et l’habitat rural individuel (378 unités). Le reste, à réaliser sur ce programme, présente un taux d’avancement des travaux de l’ordre de 85% à 95% sur les bâtiments et les travaux d’aménagement des structures environnantes sont en voie d’achèvement.

Au chef-lieu de wilaya, notamment, sur le POS-sud, 1.500 unités du programme LSP sont à livrer, au terme de l’exercice en cours et les sueurs froides font frissonner certains promoteurs qui n’auront d’autres issues que de relever la cadence de leurs travaux, quitte à travailler en continu et à la torche éclairante. La récréation est terminée et le glas va tinter sur la tête des retardataires.

 

Source : lequotidien d’oran

Notre rédaction est constituée de simples bénévoles qui essaient de regrouper toute l'information concernant le logement dans un seul et même site