Le millier de souscripteurs au programme Batigec des 1000 logements en construction à la nouvelle ville Ali Mendjeli à l’unité de voisinage (UV) n°15, sont en colère contre le promoteur Batigec qui ne s’est pas acquitté de ses dettes envers les 7 entreprises de construction en charge des chantiers. «Ces entreprises détiennent sur Batigec des créances de l’ordre de 18 milliards de centimes et ce promoteur les a appelé, dernièrement, pour leur remettre des chèques de sommes modiques de l’ordre de 100 millions à 150 millions de cts arguant ne pas avoir les moyens pour leur donner plus. Ces chèques ont été rejetés par les entreprises lesquelles ont décidé, à leur tour, d’arrêter les travaux. Ce qui fait que les chantiers sont paralysés depuis une semaine », nous ont déclaré de nombreux souscripteurs qui ont pris contact avec nous. Le président de l’association des souscripteurs à ce programme. Adlène Benlatrèche, nous a expliqué que les entreprises ont exigé de Batigec le paiement d’au moins 80 % des créances. « Nous avons appris hier, mercredi 7 février, a poursuivi notre interlocuteur, que les représentants des entreprises ont rencontré le directeur général de Batigec en présence du directeur de wilaya du logement qui leur aurait promis la remise, ce dimanche 10 février d’autres chèques avec des sommes plus conséquentes. Malheureusement, les chantiers sont toujours à l’arrêt », a déploré le représentant des souscripteurs en annonçant qu’il participera à une réunion qui aura lieu à la direction du logement et qui verra la participation du directeur de ce département et du directeur général de Batigec, afin de discuter des autres problèmes, non moins importants, que connaît actuellement ce programme qui n’enregistre pas d’avancée substantielle. En outre M. Benlatrèche informe que la colère ne cesse de monter chez les souscripteurs qui constatent que leurs logements ne sont pas près d’être livrés au mois de mars 2019 comme cela avait été prévu. « Ils ont le sentiment maintenant, a indiqué le président de l’association, que le programme connaîtra un retard important et que, dans les conditions actuelles, leurs logements ne seront pas livrés en décembre 2020 ! ». Et de nous révéler que les souscripteurs ont décidé que, dans la mesure où les chantiers ne reprendront pas d’ici le 16 février prochain, ils sortiront dans la rue pour protester. « Nous nous rassemblerons devant le cabinet du wali pour organiser une marche pacifique afin de faire entendre notre voix et prendre l’opinion publique à témoin », a conclu M. Benlatrèche.

Source: l’Est républicain du 09/02/2019



Commentaires