Plus de 250 bénéficiaires du programme des 2.000 logements CNEP-Immo, lancé depuis l’année 2010, ont tenu, hier matin, un sit-in au niveau de la direction régionale de cette banque située à la cité Daksi Abdesselem. Continuant sur la lancée des sit-in qu’ils organisent périodiquement dans ce site ou dans celui de la cité Boussouf, au niveau de l’agence CNEP qui gère les dossiers, les manifestants n’ont pas caché qu’ils veulent exercer une pression constante sur les responsables et les autorités locales pour les amener à activer le traitement et l’apurement des dossiers des souscripteurs, qui sont au nombre de 75.00. Et, d’autre part, faire en sorte que les logements soient achevés et livrés dans des délais raisonnables. Aussi, les organisateurs du sit-in ont fini par être reçus par les responsables de la CNEP-Immo. Ils ont demandé à régler la première tranche des souscriptions et faire activer l’étude des 500 dossiers des recours que l’administration de la CNEP-Immo a commencé à examiner dès le 2 janvier 2O14. Ensuite, ils ont exigé la livraison des logements qui, selon eux, sont achevés à 98%. «Il y a en tout 4.348 logements, dont la moitié vont à l’AADL et l’autre moitié à la CNEP-Immo, mais les responsables de cette banque nous ont répondu que tant que les travaux, notamment les VRD, ne sont pas achevés à 100%, les logements ne peuvent être livrés», nous a expliqué l’un des représentants des souscripteurs, M. Tahar Boulkout. Ce dernier a confirmé le nombre total des souscripteurs à ce programme qui s’élève à environ 2.700, mais il a avancé que «pas mal de souscripteurs vont être éliminés parce que leurs dossiers ne sont pas conformes, ont des pièces falsifiées, leur manque des pièces essentielles, etc.». Après avoir levé le camp devant la CNEP-Immo de la cité Daksi, les organisateurs du sit-in se sont dirigés vers le cabinet du wali pour lui soumettre leurs doléances, nous ont-ils dit. Une délégation de trois personnes a été reçue au cabinet et les représentants des bénéficiaires ont demandé l’intervention du wali pour faire activer le processus d’étude des recours et livrer les logements au plus tard le 1er septembre 2014. «Nous avons insisté aussi auprès des responsables du cabinet du wali afin qu’ils interviennent auprès des opérateurs chargés de mener les travaux de VRD pour activer les chantiers», nous ont déclaré les délégués des souscripteurs à leur sortie de l’entrevue avec les représentants du cabinet. «De toute façon, a averti M. Boulkout, nous continuerons toujours à réclamer la livraison de nos logements derrière lesquels nous courons depuis l’année 2O1O». Et il a assuré que les autorités de la wilaya leur ont promis de les aider auprès de la banque et des opérateurs en charge des chantiers du VRD pour activer les travaux et la livraison de leurs logements.

source : le quotidien d’Oran

Notre rédaction est constituée de simples bénévoles qui essaient de regrouper toute l'information concernant le logement dans un seul et même site