Véritable alternative à l’hôtellerie classique, le logement touristique chez l’habitant constitue pour les responsables du tourisme une belle aubaine pour pallier le déficit enregistré en matière d’infrastructures d’hébergement face à la demande croissante de touristes durant la saison estivale.

Véritable alternative à l’hôtellerie classique, le logement touristique chez l’habitant constitue pour les responsables du tourisme une belle aubaine pour pallier le déficit enregistré en matière d’infrastructures d’hébergement face à la demande croissante de touristes durant la saison estivale. On constate,  depuis deux ans, à la promulgation de la circulaire interministérielle permettant et régulant cette activité, de la part des responsables du tourisme un encouragement et une exhortation des propriétaires de maisons individuelles a investir dans cette formule. Lors des différentes rencontres régionales de préparation de la saison estivale 2014, les recommandation ont toutes insisté sur le renforcement du logement touristique chez l’habitant. C’est en 2012 que les décideurs et responsables du tourisme ont décidé d’encadrer le logement  chez l’habitant. La circulaire interministérielle intervenue à cette époque visait notamment à réguler cette activité et assurer la sécurité du locataire et du propriétaire dans le cadre du respect des obligations et des droits. Elle permettra, par ailleurs, d’organiser l’hébergement des touristes hors du cadre de l’hôtellerie et de recueillir des statistiques précises sur le flux touristique et le taux d’occupation touristique saisonnière au niveau des foyers. Cette méthode, qui devrait encourager et organiser la location, exige que les propriétaires  présentent “une copie de l’acte de propriété aux services de la commune qui délivrent une autorisation à la police territorialement compétente et à la direction du tourisme de wilaya. Le propriétaire doit également “signer un contrat d’assurance contre les risques d’incendie et de vol”. Outre la sécurité, le loyer doit être doté d’un minimum de commodités (couchage, hygiène, sanitaires…). A cet effet, la circulaire prévoit l’installation d’une cellule au niveau de la wilaya côtière composée de représentants des directions du tourisme, la santé, la protection civile et la sûreté. L’autorisation est délivrée par les services de la commune dans un délai de 20 jours après l’inspection du site. Le propriétaire peut, également, selon la circulaire, héberger des personnes de nationalité étrangère après accord des services de sécurité conformément à l’article 29 de la loi 08-11 de juin 2008 concernant la circulation et le séjour des étrangers en Algérie. Pratiquée déjà depuis nombreuses années par plusieurs familles, notamment celles du Sud, cette formule est une forme d’hébergement solidaire qui renforce le « tourisme durable », s’accordent à dire plusieurs professionnels dans ce secteur. Elle permet aux touristes de découvrir « de plus près » la culture et les traditions de la population d’accueil, et favorise aussi la proximité et la consolidation des liens.  L’hébergement chez l’habitant serait d’un grand apport au développement du tourisme domestique, au même titre que la pratique du camping organisé que le ministère encourage pour diversifier l’offre et pallier le retard enregistré.

source: el moudjahid

 


Notre rédaction est constituée de simples bénévoles qui essaient de regrouper toute l'information concernant le logement dans un seul et même site