Ces dernières semaines, plus de 400 demandes de logements LPP ont été formulées par des Algériens établis à l’étranger dans la wilaya de Mostaganem.

Auparavant, l’achat de logements en Algérie par les émigrés était formellement interdit. En effet, il s’agissait là d’une infraction à la loi qui interdisait ce genre de cession pour éviter la spéculation sur les biens de l’Etat. Pourtant, cela n’avait pas empêché des milliers d’émigrés de bénéficier de logements sociaux.

En effet, les bénéficiaires initiaux de ces logements sociaux les revendaient au prix fort à des émigrés pour que ces derniers aient un pied-à-terre dans leur pays d’origine, et cela au mépris de la loi, qui plus est, au vu et au su de tout le monde, y compris des services de l’OPGI.

Mais à présent, la donne a changé : nos concitoyens algériens établis à l’étranger auront leur propre quota de logements. A cet effet, on apprend, de sources concordantes, que plus de 400 demandes de logement promotionnel participatif (LPP) ont été formulées par des Algériens établis à l’étranger dans la seule wilaya de Mostaganem.

Les autorités ont donc décidé de leur consacrer un quota. L’objectif étant notamment d’attirer une partie des fonds de cette communauté, a-t-on appris.

Pour concrétiser ce projet, la wilaya de Mostaganem a bénéficié de 820 logements du type LPP, dont 300 sont en cours de réalisation et 520 seront lancés incessamment à travers les différentes communes de la wilaya, dont un quota de 400 est prévu pour les émigrés.

Une dynamique d’autant plus importante qu’elle met en exergue les efforts consentis par les pouvoirs publics pour l’intérêt du citoyen en général dans un secteur aussi sensible que celui du logement dans tous ses segments. Dans ce contexte, notre source indique que la wilaya de Mostaganem a bénéficié de 6525 logements tous types confondus pour répondre à la forte demande de la population. Des terrains ont été affectés pour leur réalisation, précise-t-on.

Source: El Watan du 14/01/2019



Commentaires