Les demandeurs de logements sociaux peuvent, enfin, voir le bout du tunnel après la décision prise avant-hier, lundi par le wali d’Oran M. Djellaoui Abdelkader lors d’une réunion consacrée au logement.

En effet, le chef de l’Exécutif a ordonné aux chefs de daïras à respecter les délais avec le recensement des listes des demandeurs de logements sociaux une fois les enquêtes achevées. Ces listes concernent la tranche des 300 logements sociaux de Sidi Benyebka, les 300 logements de Mersat El Hadjadj et les 156 logements sociaux d’El Kerma. Ces listes doivent être élaborées et dans les plus brefs délais après l’achèvement des enquêtes à la Conservation foncière et la CASNOS et aussi à la Caisse nationale du logement. Toujours dans le cadre de ces directives, le wali d’Oran a insisté à ce que les listes des bénéficiaires des logements sociaux soient élaborées durant le 1er trimestre de l’année 2020 pour les autres programmes à savoir les 600 logements d’Es Sénia, les 348 logements sociaux de Hassi Bounif, les 300 logements de Benfreha, les 200 logements de Hassi Mefsoukh, les 300 logements sociaux de Ain El Bia, les 700 logements sociaux de Misserghine et les 500 logements de Bousfer et d’El Ançor. Celles-ci seront donc recensées progressivement à partir du 1er janvier jusqu’au 30 mars 2020. D’autre part, des directives ont été, aussi, données aux chefs de dairas d’Arzew et de Gdyel pour achever les enquêtes ménages pour recenser les bénéficiaires des tranches de 500 logements sociaux de Gdyel et 1.300 logements d’El Mohgoun, dans la daïra d’Arzew. Notons que cette réunion de coordination a vu la présence des directeurs de l’Exécutif chargés du logement, le responsable de la Conservation des forêts, les directeurs des Domaines et le responsable de Sonelgaz. Il faut signaler que le retard dans l’attribution des programmes achevés des logements sociaux, dans plusieurs communes de la wilaya, est à l’origine de plusieurs actions de protestation des mal-logées à travers la wilaya d’Oran, notamment les habitants des bidonvilles à l’image d’Es Senia, Ain El Turck. L’affichage des listes de bénéficiaires des logements sociaux constitue un véritable casse-tête pour les gestionnaires des collectivités locales de la wilaya d’Oran, car souvent confrontés au problème de l’inadéquation entre l’offre et la demande. A ce titre et selon des sources proches de la wilaya, plus de 3.200 logements répartis entre plusieurs communes, n’ont toujours pas été distribués. Il s’agit de programmes qui ont été achevés, pour certaines communes, il y a plus de 6 ou 7 années. Selon nos sources, le retard dans l’affichage des listes ne fait qu’accentuer la pression sur les services chargés de l’attribution de ces logements, car au fil des ans le nombre de demandeurs ne fait qu’augmenter.

A ce titre nos interlocuteurs signalent que le nombre de demandes déposées dans certaines communes dépasse de très loin le nombre d’unités proposées à la distribution.

A Aïn El Bia, la commune a bénéficié de 300 logements pour plus de 7.000 demandeurs, Mers El Hadjadj de 300 logements pour près de 2.000 demandes, Es Senia plus de 12.000 demandes pour 700 logements sociaux, Gdyel 500 unités pour près de 8.000 demandes, tout comme d’autres communes, à l’instar de Misserghine, Bethioua où les programmes réalisés sont loin de répondre à la forte demande. Selon nos sources, l’ex wali d’Oran, M. Cherifi Mouloud, avait déjà instruit les chefs de daïras et les maires des communes retardataires, concernés, pour procéder à l’affichage des listes des bénéficiaires, dans les plus brefs délais. La décision du wali vise à accélérer le processus d’attribution de ce quota de logements dans les plus brefs délais, selon nos interlocuteurs.

Source : Le quotidien d’oran du 18.12.2019