Lamentable, affligeant et déplo rable… Voici le genre d’adjectifs qui sont employés ces derniers temps par les souscripteurs des projets LPA Belgaïd pour décrire les responsables de l’OPGI d’Oran, lesquels prennent un malin plaisir à promettre monts et merveilles à ces bénéficiaires de logements en plein désarroi, mais sans pour autant tenir leurs promesses. Cela fait plus de sept longues années que les bénéficiaires de ces logements attentent avec impatience leur réception.

Hélas et malgré les efforts consentis par de nombreux souscripteurs et leurs différentes démarches pour attirer l’attention des responsables locaux, aucune considération ne leur a été accordée. Entre des promoteurs indélicats et la passivité presque complice des responsables de l’OPGI, les souscripteurs sont aujourd’hui pris en otage. « Nous avons eu des assurances pour qu’une partie des projets soit livrée avant le mois de juillet dernier, notamment le projet 154 D, dont les travaux ont été achevés depuis longtemps, mais faute de VRD, la remise des clés est renvoyée aux calendes grecques », nous dira un souscripteur visiblement très en colère. « Des instructions ont été données par le wali d’Oran afin que les travaux du VRD soient achevés dans les brefs délais. Hélas, depuis trois mois rien n’a changé, alors que la plupart des bénéficiaires ont payé cash leurs logements. C’est de l’arnaque pure et simple », poursuivra notre interlocuteur.

Pour rappel, une commission a été désignée depuis des mois par le wali d’Oran, Mouloud Chérifi, afin de suivre et accélérer les travaux des chantiers en souffrance de ces projets LPA Belgaïd. Or, à ce jour, c’est le même refrain qui se répète. « C’est aberrant ! Pourquoi le wali s’intéresse tant aux projets AADL, alors que ceux du LPA Belgaïd sont en souffrance depuis sept ans, sans que personne ne daigne lever le petit doigt pour changer les choses », nous dira un autre père de famille avec un visage fermé. « L’année scolaire va bientôt commencer… Quelqu’un a-t-il pensé à nos enfants et leur scolarisation?», poursuivra-t-il. L’inquiétude est d’autant perceptible chez de nombreux pères de famille dont certains ont vendu leurs biens pour s’acquitter de l’intégralité des souscriptions. C’est dans cet état d’esprit que ces derniers exigent des autorités locales et à leur tête le wali d’intervenir en personne. En tout cas, les bénéficiaires qui attendent depuis des années leurs logements, ont menacé d’organiser d’autres sit-in de protestation devant le siège de la wilaya d’Oran jusqu’à « obtention de nos droits», réclament-ils.

 

Source : Lequotidien d’oran du 24.08.2019