Avant-hier, lundi, le wali d’Oran s’est rendu au pôle urbain de la commune d’Oued Tlélat pour y inspecter le taux d’avancement des travaux de certains chantiers et projets. Parmi ceux-ci le chantier des 8 000 logements sociaux, où des travaux d’aménagement et de réalisation d’infrastructures d’accompagnement connaissent un rythme soutenu. Sur place, le wali a rappelé à Liberté : “Les 8 000 logements sont divisés en trois phases, 3 000+2500+2500 unités. Vous constatez que le chantier est énorme mais nous espérons que les travaux seront achevés d’ici l’été.” En effet, après la levée du gel, une enveloppe de 300 milliards de centimes a été dégagée pour finaliser les travaux d’aménagements dans différents sites afin de distribuer les logements aux bénéficiaires qui s’impatientent. D’autre part, la DTP est chargée de réaliser un pont qui relie la pôle urbain à l’autoroute Est-Ouest qui longe le site et cela pour une plus grande fluidité, et limiter les points noirs de la circulation routière sur l’axe principal de la commune d’Oued Tlélat. Quant à l’eau potable, la seconde conduite d’eau de l’usine de dessalement de Bethioua jusqu’à Oued Tlélat est à quelques kilomètres du pôle urbain après le déblocage de la situation où un propriétaire terrien refusait le passage de la conduite d’eau sur ses terres. Pour le secteur de la jeunesse et des sports, le wali a donné des instructions au maître de l’ouvrage afin de programmer des stades, des espaces de jeux et de culture sans oublier les infrastructures scolaires, de santé et autres. Sur le site, le wali a donné instruction au maire d’Oued Tlélat de fournir une autorisation à un jeune qui l’a sollicité, pour l’installation d’un manège au jardin public communal suite aux doléances du jeune investisseur qui affirme avoir sollicité le maire mais sans succès.

Source: liberté du 06/03/2019