Durant la fin de la semaine dernière, deux communes rurales ont focalisé l’attention des responsables de la wilaya, en ce sens qu’elles demeurent à la traîne aussi bien dans le cadre de vie des citoyens qu’en matière de logements.

La première est Boughrara Saoudi, dans la daïra d’Aïn Fakroun, et qui dispose désormais d’un nouveau siège pour l’APC. Outre cela, un nouveau stade est en construction et sera revêtu de gazon synthétique de dernière génération.

La même commune a bénéficié de projets de logements. L’autre commune concernée est Bellala, ayant des frontières avec la wilaya de Tébessa. Située à l’extrême est d’Oum El Bouaghi, elle est considérée comme déshéritée. Avec une population estimée à 3500 habitants, Bellala demeure éloignée des grands axes routiers. Lors de sa visite de cette commune, le wali d’Oum El Bouaghi, a rassuré les citoyens quant à la prise en charge des lacunes dont souffre la commune, et en premier lieu l’achèvement des 130 logements sociaux, répartis sur quatre sites. De même, il est prévu l’amélioration du cadre de vie de la bourgade en dotant les rues de lampadaires et les citoyens en eau potable.

Le projet qui revêt un intérêt capital pour la commune est sans conteste celui du lycée. Le taux d’avancement des travaux est jugé appréciable dans cet établissement conçu pour accueillir 800 lycéens dans les prochaines années. Pour l’heure, les élèves poursuivent leurs études dans la ville de Meskiana. A vocation agro- pastorale, la commune de Bellala souffre de chômage à l’instar des communes limitrophes comme Behir Chergui et Rehia, faute d’investissements agricoles, prompts à booster un secteur demeuré longtemps en jachère.

 

Elwatan