La crise du logement semble se rétrécir telle une peau de chagrin

La crise du logement qui était sempiternelle, voire drastique pendant quatre décennies, semble se rétrécir telle une peau de chagrin.

Les prochains mois vont connaître une cadence très élevée en matière de livraison de logements, l’annonce est officielle, elle émane des services du Premier ministère. C’est une bonne nouvelle pour les bénéficiaires qui attendent avec impatience la remise des clés de leurs logements toutes formules confondues. Plus de 375.000 logements seront livrés grâce au déblocage d’une enveloppe qui avoisine les 91 milliards de dinars additionnels, elle sera réservée à la mise en place rapide du système de viabilisation. C’est ce qui ressort de la décision prise par le Premier ministre Ahmed Ouyahia et publiée sur le site Web du Premier ministère. Dans ce sens, le communiqué a précisé que «le gouvernement a décidé de mobiliser une enveloppe de 91 milliards de dinars additionnels pour le secteur de l’habitat, destinée à la viabilisation de 375.000 logements à livrer dans les prochains mois», a-t-on précisé.
Le secteur de l’habitat préserve sa place de choix dans le programme du gouvernement. Ainsi et malgré ce que vient de connaître l’économie nationale comme crise financière sur fond de dégringolade des recettes des hydrocarbure depuis 2015 à nos jours, le logement reste le challenge du programme gouvernemental dans la perspective pour répondre aux attentes des pans larges de la population en la matière.
La crise de logement qui était sempiternelle, voire drastique pendant quatre décennies, semble se rétrécir telle une peau de chagrin, la prise en charge concrète de ce dossier lancinant depuis plus de deux décennies montre on ne peut mieux que le secteur de l’habitat s’est transformé en un noeud gordien du programme présidentiel depuis 1999 à nos jours. Ce volet s’est renforcé à travers le lancement de plusieurs formules répondant à des besoins en synergie avec une demande obéissant à des normes et à des spécificités reflétant la position sociale des catégories concernées par le logement.
Il faut dire que cette décision a été prise dans le cadre de l’application des directives et des orientations du président de la République. Le communiqué du Premier ministère a indiqué que dans le cadre de la «mise en application des orientations du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, cette mesure consiste en la mobilisation immédiate de 33 milliards DA en autorisations de programmes supplémentaires, ainsi que de 58 milliards DA en crédits de paiement dont la libération sera étalée», a-t-on indiqué.
Pour rappel, les orientations du président de la République s’inspirent de programme quinquennal 2015-2019 où le chapitre de l’habitat bénéficie de la part du lion au vu de l’importance de ce secteur et de ses retombées sur le plan social du citoyen lambda.
Dans ce sens, le programme a été conçu pour répondre aux attentes des citoyens en conjuguant «l’effort d’intensification de production de logements qui va se poursuivre puisque le plan d’action du gouvernement 2015-2019, s’appuyant sur l’axe réservé au logement, a consacré l’engagement de poursuivre les efforts engagés en matière d’habitat toutes formules confondues, à travers la diversification de l’offre en logements de manière à assurer une prise en charge de l’ensemble de la demande enregistrée, y compris celle nécessaire à la résorption de l’habitat précaire», c’est dire que le plan d’action de l’Exécutif est en osmose avec les engagements pris par les pouvoirs publics dans l’objectif d’en finir avec la pénurie qui frappait d’une manière dramatique ce secteur avec ses conséquences néfastes sur la vie et la situation insoutenable des couches larges de la société.
Les logements livrables durant les prochains mois couperont court aux spéculations et rumeurs visant à semer le doute sur le désengagement de l’Etat de ce secteur névralgique, à savoir le secteur de l’habitat et de la construction de logements.
Certes, il y avait une espèce d’atermoiements qui ont été observés au niveau des maîtres d’oeuvre et aussi les entreprises de réalisation caractérisés par des retards et des tergiversations, alors que le financement des projets ne faisait pas défaut. C’est ce qui a poussé le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Abdelwahid Temmar, qui avait sommé les concernés au sujet de ces retards injustifiés jusqu’à les mettre en demeure, voire les remplacer par d’autres entreprises de réalisation dans l’objectif de respecter les délais impartis pour la livraison de logements dans toutes les formules engagées par l’Etat. Le secteur de l’habitat doit réaliser d’ici la fin de 2019 comme cela est stipulé dans le plan quinquennal du gouvernement 1.6 million d’unités pour répondre à des demandes qui sont déjà notifiées dans toutes les formules de logement, même si on sait que la formule location-vente (AADL), bénéficie d’une part importante dans cette enveloppe additionnelle visant à financer les aspects en rapport avec la viabilisation.
Dans ce registre, l’Exécutif est très clair sur ce plan, il vient de souligner que «l’ensemble des programmes de logement tracés dans la cadre du plan quinquennal en cours (2015-2019) estimés à plus de 1,6 million d’unités, et ce, à travers la mise en oeuvre d’une nouvelle stratégie inscrite au titre du Plan du gouvernement», c’est ce qui confirme qu’à la fin de 2019, tout le plan quinquennal qui touche le secteur de l’habitat sera achevé tel qu’il a été envisagé.
Il faut dire aussi que le manque qui sera gagné est au niveau de l’habitat rural, c’est à ce niveau que la crise se manifestée de façon aiguë.
Il faut signaler que le manque doit être rattrapé en ramenant le taux d’occupation par logement de 4,6 à 4,2 habitants à fin 2019, selon le plan quinquennal pour permettre aux populations de se stabiliser, surtout celles qui appartiennent au milieu rural. Dans ce sens, l’Exécutif a fait savoir que «entre 1999 et 2017, plus de 3,6 millions de logements et plus de 1000 infrastructures publiques ont été livrés, tandis que, dans le cadre du plan quinquennal en cours, près de 800.000 unités ont déjà été réalisées, soit 50% du programme tracé», et d’ajouter que «le secteur de l’habitat bénéficie d’un budget de plus de 158 milliards de dinars au titre de la loi de finances 2018 dont 142 milliards de DA pour l’équipement, et ce, outre 78,41 milliards de DA au titre du Compte d’affectation spéciale», a-t-on signalé.
Tout compte fait, les mois à venir verront une dynamique remarquable dans la livraison de logements touchant toutes les formules, c’est un signe d’une situation qui cassera avec la morosité de la crise économique et ses retombées sur le plan social.
Ce volet est plus qu’important en matière de décisions politiques répondant a un choix social que l’Etat a décidé de promouvoir et de défendre dans le cadre de sa politique sociale en phase avec sa doctrine depuis l’indépendance.

source:L’expression


Notre rédaction est constituée de simples bénévoles qui essaient de regrouper toute l'information concernant le logement dans un seul et même site