ALGER – Le gouvernement a adopté un programme allant de 2020 à 2024 pour le raccordement de plus de 140.000 logements au réseau électrique et 370.000 autres au gaz, a déclaré jeudi à Alger le ministre de l’Energie, Abdelmadjid Attar.

Dans le cadre du programme susmentionné, le secteur est parvenu, entre début 2020 et fin juin dernier, à raccorder 5.000 logements au réseau électrique et 25.000 logements au gaz naturel, a précisé le ministre lors d’une plénière consacrée aux questions orales à l’Assemblée populaire nationale (APN).

Le secteur œuvre à accélérer la cadence de réalisation des projets, a indiqué M. Attar.

Répondant aux préoccupations locales soulevées par certains membres du conseil, M. Attar a relevé que la wilaya d’El Oued a enregistré une évolution notable pour ce qui est de la distribution du gaz, les différents programmes ayant permis le raccordement au gaz de 21 communes sur un total de 30, en contrepartie d’une couverture de 70 % pour ce qui est du gaz naturel.

Des efforts supplémentaires seront déployés pour atteindre un taux de raccordement de 100 %, d’autant que le raccordement au gaz dans les wilayas du sud est plus facile par rapport au Nord, et ce pour des considérations géographiques.

La moyenne nationale de raccordement est de 62%, a fait savoir le ministre.

La moyenne de raccordement au gaz dans la wilaya a connu un développement remarquable. Un taux de 8,7 % a été enregistré en 2009 contre 56% en 2019, dans le cadre de la mise en œuvre du plan quinquennal 2010-2014.

Dans le cadre de ce programme, la wilaya d’El Oued a bénéficié d’une enveloppe financière 58.833.000 dont 44 millions à la charge de l’Etat pour le raccordement de 36.000 logements au gaz naturel.

Concernant les 9 communes restantes, leur raccordement repose sur la création de deux principales installations gazières. La première d’une longueur de 28 km et la deuxième de 16 km, ce qui a retardé la réalisation du projet, a-t-il indiqué.

En raison de la baisse des cours du pétrole en 2015, plusieurs projets ont été gelés, puis repris, dans leur majorité début 2020, pour le raccordement aux réseaux de gaz et d’électricité, notamment des zones d’ombre qui sont prioritaires.

“Sur instruction du président de la République, nous sommes tenus de raccorder tous les citoyens à l’électricité et au gaz, et à donner la priorité à l’investissement industriel et agricole”, a-t-il dit, déplorant le retard relatif accusé dans la réalisation des projets programmés et financés par l’Etat, en raison du plafonnement annuel, à partir de 2016, des marchés publics.

A une question sur la wilaya de Médéa, le ministre a fait savoir que cette dernière avait bénéficié de plusieurs programmes financés par l’Etat, en matière de raccordement au réseau d’électricité, soit à la charge du ministère de l’Energie (taux de réalisation de 90%) ou de la wilaya.

Par ailleurs, et avec le concours de l’Etat, le programme quinquennal 2010-2014 avait pour objectif le raccordement de 2.897 logements à hauteur de 562 millions DA, dont 507 millions DA consacrés à l’électricité rurale.

Cette opération a permis en outre de raccorder 2.411 logements au réseau électrique avec un taux de réalisation de 83%, en sus d’un programme supplémentaire de 3.155 millions DA, en cours de réalisation.

En ce qui concerne les programmes inscrits à la charge de la wilaya (2010-2015-2016), un montant global de 70 millions DA a été alloué à l’effet de raccorder 262 logements à l’électricité, répartis sur 14 centres ruraux, outre l’allocation d’une enveloppe financière de 200 millions DA au titre de l’année 2017, ce qui a permis de raccorder 636 logements au niveau de 22 centres ruraux.

Quant aux logements ruraux réalisés récemment, il est à signaler que plusieurs centres avaient été pris en charge au titre des précédents programmes de développement et de ceux en cours de réalisation, alors que les logements ruraux restants seront inscrits dans le cadre des futurs programmes.

En réponse à une question relative à la pollution de l’eau dans les zones d’activités du Sud, le ministre a affirmé que toutes les mesures avaient été prises en vue d’éviter cette pollution.

Dans le cadre d’une opération d’assainissement des dossiers relatifs aux sous-traitants, Sonatrach avait pris en 2011 une décision portant intégration de tous les employés des entreprises liées par des contrats de services avec Sonatrach..

 

APS du Jeudi, 01 Octobre