Les souscripteurs au programme AADL, tranches 2001 et 2002, ont commencé à recevoir les décisions de pré-affectation de leurs logements, par le biais de convocations adressées par la société ‘Cnep Immo’ aux 2.400 concernés et ce, depuis, hier 04 mai, et jusqu’à jeudi prochain, 08 mai. Selon leur représentant, la ‘Cnep Immo’ a, effectivement, débuté l’envoi des convocations aux souscripteurs, depuis hier ; une opération qui se poursuivra pendant 05 jours, par tranche de 400, jusqu’à toucher tous les concernés. Et d’indiquer qu’il s’agira, pour les concernés, de déposer un nouveau dossier auprès de la ‘Cnep Immo’, alors que ceux-ci ont été déjà remis à l’agence ‘Aadl‘ et ce, depuis plus de 13 ans, maintenant, même si l’on parle que d’un «complément de dossier». A l’issue de ce dépôt, ajoutera-t-il, il sera remis, à chaque intéressé, une décision de pré- affectation de son logement et cela, dans la foulée des 200 attributions officielles (100 pour les souscripteurs AADL et 100 autres pour ceux de Cnep Immo), qui ont eu lieu, lors d’une cérémonie, organisée par les autorités locales, à la wilaya de Daksi, il y a près de 20 jours. Et notre interlocuteur, qui a été convoqué parmi les premiers de la liste et qui a accompli les formalités demandées, de s’étonner et déplorer qu’il n’ait été question, à aucun moment, des ordres de payement de la première tranche. Absence qui a déçu tout le monde, dira-t-il, car ce sont surtout ces ordres de versement qui étaient les plus attendus. Dans le sillage des déceptions, il relèvera, également, celle relative aux travaux de VRD, qui ont été annoncés, auparavant, en grande pompe, mais font plutôt du surplace dans, pratiquement, tous les sites (UV 13, 17, 18, 1 et 10). «En tout état de cause, lancera-t-il, dépité, nous avons décidé, entre nous, souscripteurs, d’une rencontre qui aura lieu, mercredi 14 du mois courant, et dont l’ordre du jour abordera plusieurs points, dont particulièrement, le taux d’intérêt qui a été fixé par la «Cnep Banque» à 5,76%. Ce taux ne nous arrange pas, du tout, car comparé à celui convenu avec l’agence AADL qui n’est que de 1%, va renchérir de beaucoup les prix de nos logements». Ainsi, soutiendra notre interlocuteur, à titre d’exemple, l’appartement F4 dont le prix fixé, initialement, à 270 millions va grimper à près 360 millions de centimes, «montant auquel, nombre d’entre nous, ne pourront pas y faire face», fera-t-il remarquer. «L’autre revendication que nous comptons poser, a trait à la désignation de deux quotas distincts : un pour les souscripteurs de la Cnep et un autre pour ceux de AADL. Ce dernier est censé être destiné aux couches moyennes et modestes de la population, dont la vocation est, aussi, de leur venir en aide. Vocation que nous ne voulons pas voir dénaturée», conclura-t-il.

Source: le Quotidien d’Oran


Notre rédaction est constituée de simples bénévoles qui essaient de regrouper toute l'information concernant le logement dans un seul et même site