Depuis plusieurs semaines, Sidi-Bel-Abbès vit une situation exceptionnelle avec le lancement d’une importante opération de relogement par étapes de 1 365 familles occupant des bidonvilles, caves et immeubles vétustes.
Cette opération est encadrée par les autorités locales et les services de sécurité qui n’ont pas eu la tâche facile avec ceux qui ont été écartés des listes au motif qu’ils viennent d’ériger leurs toits de fortune et qu’ils n’ont pas été recensés , vu qu’ils viennent de débarquer sur les lieux.
Le faubourg Maconnais connaît, ces derniers jours, une effervescence au niveau du bidonville dont les occupants sont relogés au fur et à mesure, soit au niveau de la cité située sur la route de Zérouala, soit dans la localité de Tilmouni. Mais le hic, c’est que certains sont des vendeurs ambulants qui ne veulent pas se séparer ni de leurs charrettes ni de leurs ânes. Ils les ont installés au bas des immeubles flambant neuf qui leur ont été attribués. Le décor est ainsi terni par la présence de bêtes qui, de surcroît, braient.
Par ailleurs, les citoyens écartés de la liste du faubourg Maconnais sont, depuis quelques jours, très remontés, refusant de quitter leur demeure et exigeant d’être relogés comme leurs voisins. Pleurs, cris d’hystérie, certains sont montés sur les toits menaçant de s’immoler. Bref, une situation très tendue prévaut sur les lieux et les autorités locales tentent de la désamorcer en les raisonnant.
A. M. lesoirdalgerie


Notre rédaction est constituée de simples bénévoles qui essaient de regrouper toute l'information concernant le logement dans un seul et même site