Pas moins de 27 brigades constituées de personnes assermentées ont été mobilisées pour les contre-enquêtes et pour investir de nouveau le terrain afin de constater de visu la situation des postulants. La commission aura touché à toutes les tranches d’âge, aux cas spéciaux ainsi qu’aux anciens dossiers.

Dans le but d’assainir les listes des demandeurs de logements sociaux, dont la distribution est prévue tout prochainement, la daïra de Tamanrasset a réuni récemment la commission d’attribution pour réexaminer les résultats des enquêtes précédentes.

L’information a été confirmée, hier lundi, par le chef de la daïra de Tamanrasset, Noureddine Selami, qui a tenu à préciser que plus de 10 700 dossiers ont été jusque-là traités. Le nombre de logements confirmés pour la prochaine distribution s’élève à 848 unités, dont 50 au village de Tit (40 km du chef-lieu de la commune).

À en croire M. Selami, les dossiers des postulants sont passés au peigne fin avec pour objectif de mettre les choses au clair et d’en finir définitivement avec le traitement de faveur accordé à certains demandeurs : “27 brigades constituées de personnes assermentées ont été mobilisées pour les contre-enquêtes et pour investir de nouveau le terrain afin de constater de visu la situation des postulants.

La commission aura touché à toutes les tranches d’âge, aux cas spéciaux ainsi qu’aux anciens dossiers.” Le même responsable assure au passage que la commission travaille dans des conditions draconiennes afin d’arrêter une liste en mesure de contenir la colère des exclus des attributions précédentes.

Des mesures consolidant le principe de transparence ont également été prises dans le but de distribuer les logements achevés dans la sérénité et le calme. Pour modérer la demande sur cette formule d’habitat,

le wali de Tamanrasset, Mustapha Guerriche, a, faut-il le signaler, demandé à son exécutif de recenser tous les demandeurs dont le revenu dépasse 24 000 DA pour avoir les statistiques confortant l’inscription de nouvelles opérations portant réalisation d’autres formules de logements, dont l’AADL, le LPP et le LPA.

Il est utile de rappeler que les statistiques en notre possession montrent que 9233 unités de logement ont été enregistrées à la fin de 2017, dont 5134 ont été livrées, 3849 en cours de réalisation et 250 en cours de lancement dans toutes les communes de la wilaya. Sur les 3849 logements lancés, 1164 sont achevés à 30%, 1809 entre 30 et 60% et 876 sont presque finis.

Le parc logements de cette collectivité du grand Sud, qui était de 31 790 logements à la fin 2018, aura connu une hausse avec la réalisation de 392 unités dans le cadre de la formule LPP, dont 4 sont à l’arrêt à cause des formalités administratives relatives au FNPOS (Fonds national de péréquation des œuvres sociales).

Pour ce qui est du logement rural, la wilaya a bénéficié d’un quota de 21 450 unités (16 649 réalisées, 2916 en cours d’achèvement et 2230 non encore lancées) dans le cadre du plan quinquennal 2015-2019. La wilaya a prévu également le lancement de 2470 unités, dont 200 logements publics locatifs, 500 LPA, 1114 logements ruraux.

Quelque 50 logements de fonction sont également prévus au profit des cadres du secteur de la santé et 50 autres à ceux de l’enseignement supérieur. Toutefois, beaucoup d’imperfections et d’anomalies de réalisation ont été soulevées par la commission chargée des logements auprès de l’APW de Tamanrasset, notamment concernant l’aménagement urbain et le raccordement des nouvelles unités aux réseaux divers.
RABAH KARÈCHE Journal Liberté du  24-11-2020