La commune de Remchi a préparé un programme ambitieux pour la création de lotissements destinés à l’habitat rural groupé, a-t-on appris auprès du chef de la daïra de Remchi, Ismail Maâmar. «C’est un programme ambitieux qui prévoit la création de 25 à 30 lotissements comprenant au maximum une cinquantaine de 50 lots au profit des familles vivant dans les bidonvilles d’Oued Namous, Oued Sebaa, Sid El Miloud, Tirina et Djemâa, qui se situent dans le périmètre urbain de Remchi, et également pour certains ménages résidant en ville mais qui ne disposent pas de parcelles à bâtir.

La plupart de ces petits lotissements de 90 et 100 mètres carrés le lot seront implantés dans le grand site de Snober qui est situé au nord de la ville de Remchi et aussi dans d’autres poches foncières de la ville ou qui se situent dans la périphérie. Cette option constitue la solution idoine pour résoudre la problématique de l’habitat précaire. Une commission interministérielle se rendra prochainement à Remchi pour le déclassement de ces terres incultes, sachant que la réglementation en vigueur permet à l’Etat de transférer une terre agricole si son potentiel est faible selon une procédure de transfert bien définie. L’Etat prendra en charge tous les réseaux d’assainissement et d’AEP ainsi que la viabilisation de ces lotissements pour en faire des quartiers viables qui s’intègreront parfaitement dans le milieu urbain et périurbain de la ville», a notamment indiqué le chef de daïra.

Il faut rappeler dans ce cadre que des dizaines de familles de Remchi ont observé, ces derniers temps, des sit-in devant les sièges de l’APC et la daïra ainsi que devant le siège de la wilaya de Tlemcen pour exiger le plus rapidement possible des logements sociaux ou des lots individuels à bâtir.

Cette forte pression exercée par des citoyens impatients a poussé les autorités locales à réfléchir à d’autres formules plus concrètes de logement et d’habitat. «Les logements sociaux construits ces dernières années pour recaser les centaines de familles des différents bidonvilles de la ville ne suffisent plus pour satisfaire la forte demande exprimée en matière de logement.

Nous sommes confrontés à un véritable casse-tête pour la construction de nouveaux logements sociaux, afin de répondre aux demandes de ses nombreux habitants mal logés et d’éradiquer totalement l’habitat précaire qui enlaidit l’image de cette troisième ville de la wilaya, après celles de Tlemcen et Maghnia.

Il s’agit à travers la création de nouveaux lotissements d’augmenter l’attractivité de la commune en diversifiant par exemple l’offre de services déjà existante et de préserver une vie sociale des habitants et la présence des services publics», a ajouté M. Ismail Maâmar.

 

Le quotidien d’oran du 04.03.2020


Notre rédaction est constituée de simples bénévoles qui essaient de regrouper toute l'information concernant le logement dans un seul et même site