Une vingtaine d’entrepreneurs, bénéficiant de projet au nouveau pôle urbain Hamla III et accusant un retard considérable dans l’avancement de leurs chantiers, ont été sanctionnés, hier après-midi lors d’une réunion avec le wali de Batna, par une mise en demeure qui bloque de facto tout payement de la part de la caisse nationale du logement (CNL).

En effet, il s’agit de 914 logements sociaux participatifs (LSP), qui entrent dans le cadre du plan quinquennal 2004-2008 et qui, jusqu’à présent, n’ont toujours pas vu le jour, soit pendant 6 ans de travaux, avec un taux d’avancement de 70% en moyenne, alors que 3161 autres logements entamés à la même période ont été achevés. «Il n’est plus question de pardon. On ne tolérera plus ces chantiers éternels», a affirmé le wali, mettant en garde tous les retardataires et spéculateurs, qui veulent profiter au maximum des dispositions administratives pour augmenter les prix des appartements. «L’Etat ne laissera pas faire.

On est le dernier recours du citoyen contre ceux qui n’ont aucun scrupule», a-t-il ajouté. En outre, le premier responsable de la wilaya a insisté sur la nécessité de réparer, avant samedi prochain, les fuites du réseau AEP, resté inactif pendant des années après son installation. «Nous avons été chercher les gens et on les a installés dans leurs maisons. Il est hors de question qu’ils ne disposent pas d’eau courante», s’est-il indigné. Par ailleurs, et lors de la même réunion, le wali a annoncé l’ouverture de la polyclinique, sise à Hamla III, avec une permanence H24. Le directeur de la santé et de la population (DSP), a annoncé, en ce sens, le recrutement de pas moins de 150 médecins généralistes.

Source: El Watan


Notre rédaction est constituée de simples bénévoles qui essaient de regrouper toute l'information concernant le logement dans un seul et même site