CONSTANTINE – Une réflexion autour d’une expertise pour “traiter les lacunes urbanistiques” de la ville nouvelle Ali Mendjeli (Constantine) est “en train de mûrir”, a déclaré samedi à Constantine le ministre de l’Habitat, de l’urbanisme et de la ville, Abdelmadjid Tebboune.

Le ministre, qui animait un point de presse en marge d’une réunion consacrée aux préparatifs de l’événement “Constantine, capitale 2015 de la culture arabe”, a indiqué que son département “envisage de faire appel à des experts nationaux et internationaux pour une étude précise” qui permettra de “rattraper toutes les lacunes urbanistiques” et de “promouvoir la cité en ville moderne”.

M. Tebboune a précisé que le plan d’urgence arrêté pour Ali Mendjeli, déjà en cours de réalisation, est “une mise à niveau” également engagée dans d’autres villes du pays, pour atteindre, a-t-il souligné, “les normes urbanistiques requises en matière de nombre d’habitants et de besoins équivalents en équipements publics”.

Le ministre a affirmé, à ce propos, que la ville nouvelle Ali Mendjeli, qu’il a qualifiée de “plus grande cité dortoir du pays”, a besoin d’un programme à même de lui permettre d’être “promue au rang des villes modernes”.

Il a indiqué, dans ce contexte, que la ville universitaire érigée à proximité d’Ali Mendjeli, présentée comme un “bijou”, est “un atout majeur” dans le changement de vision de la ville nouvelle, précisant que d’autres équipements “étofferont le patrimoine de cette ville” et “amélioreront son image”.

Evoquant le secteur de l’habitat dans la ville des ponts, M. Tebboune a souligné que l’agglomération connaît “une grande évolution” et “beaucoup moins de tension sur le logement”, rappelant les grands chantiers d’extension urbaine d’Ain Nahas et dans d’autres zones, lancés pour satisfaire “toutes les demandes de logement”.

Le ministre a également précisé que les décisions de pré affectations de logements sont le “meilleur moyen” pour réduire la tension sur le logement et rassurer les bénéficiaires.

source : APS