Depuis lundi dernier jusqu’à hier, mercredi, soit pour la troisième journée consécutive, le siège de la commune frontalière de Bougies, relevant de la daïra d’El Tarf, est bloqué par des contestataires du logement rural. Une situation qui a provoqué une grosse gêne parmi les fonctionnaires, élus et tous ceux et celles ayant besoin de quelque chose au niveau de cette APC. Les protestataires, des postulants au logement rural, estiment que l’attente a trop duré et qu’il est temps de procéder à l’affectation de ces aides. Pour les uns, leur situation est intenable, du fait de loger avec ses parents ou louer à un prix prohibitif. Pour le maire de cette commune que nous avons contacté, le nombre de demandeurs est de 2.300 et les aides sont de 100. Eu égard à l’importance et à la sensibilité de cette opération, ajoutera le maire, un travail est mené par les membres de la commission qui prend en compte plusieurs paramètres comme toutes ces zones d’ombre qu’il faut toucher, l’ancienneté du dossier, la famille et les membres qui la composent, avec le souci de ne léser personne, en agissant avec équité. Donc, la précipitation n’a pas de sens et ceux qui contestent, pour bon nombre d’entre eux, ils le font parce qu’ils n’ont rien à faire. Et, de poursuivre qu’il dispose d’une réquisition pour débloquer le siège de l’APC mais préfère le dialogue et le bon sens.

Le quotidien d’oran du 9.7.2020


Notre rédaction est constituée de simples bénévoles qui essaient de regrouper toute l'information concernant le logement dans un seul et même site