ALGER– La loi de finances 2014 signée lundi par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, s’inscrit indéniablement dans une logique de relance de la croissance économique et d’amélioration constante des indicateurs sociaux et humains de la population algérienne.

A l’occasion de la cérémonie de signature de la loi de finances, le chef de l’Etat a appelé le gouvernement à “maintenir dans tous les secteurs, la même cadence de travail qui nous a permis d’obtenir des résultats positifs en matière de développement humain et d’infrastructures de base”.

Le Président Bouteflika a rappelé également que l’Algérie ” est en train d’accomplir un bond qualitatif sur la voie du progrès et de la croissance durable”, soulignant que “l’envergure des projets réalisés et l’importance des moyens engagés ont sensiblement amélioré le quotidien des Algériennes et des Algériens”.

Dans le domaine du développement humain, les progrès sont effectivement indéniables. Les chiffres de l’ONS révèlent ainsi qu’au cours des cinq dernières années, le pouvoir d’achat des ménages a été multiplié par 3, engendrant un doublement des dépenses de consommation.

Cette amélioration du niveau de vie de la population a été soutenue par un renforcement des enveloppes budgétaires consacrées aux transferts sociaux qui atteignent désormais près du tiers du PIB.

L’amélioration du quotidien des algériens est assurée également par le maintien d’une politique de soutien des prix des produits alimentaires de première nécessité, la subvention du logement, de l’énergie et la gratuité de l’enseignement et des soins.

Près de 5000 milliards de DA au secteur des travaux publics

Concernant les infrastructures de base, des efforts considérables ont été également consentis par les pouvoirs publics. Près de 5.000 milliards de dinars ont été ainsi alloués au secteur des travaux publics pour la réalisation de 3.500 projets.

Outre le projet phare de l’autoroute est- Ouest, quasiment achevée, ce sont au total près de 1.800 km d’autoroutes et voies expresses et 7.000 km de routes nationales et de chemins de wilayas qui ont été réalisés durant les dix dernières années.

Au titre des grandes infrastructures, les investissements réalisés dans le domaine de la mobilisation des ressources en eau méritent par ailleurs, d’être relevés.

L’Algérie compte aujourd’hui 70 barrages d’une capacité de 7,1 milliards de mètre cubes. A l’horizon 2030, elle disposera d’un patrimoine de 139 barrages d’une capacité de 12 milliards de mètres cubes. Au titre des grandes réalisations accomplies dans ce secteur, il convient de citer des méga projets tel que les barrages de Taksebt, de Beni Haroun et les grands transferts hydrauliques In Salah-Tamanrasset ou les projets du couloir Mostaganem-Arzew-Oran (MAO), ou encore de l’est du pays comme à Bouira et à Sétif.

Faire de l’accès au logement, une réalité tangible

Le secteur de l’habitat constitue un autre secteur qui a bénéficié d’une attention soutenue des pouvoirs publics. Le plan quinquennal 2010-2014 a programmé la réalisation de près de 2.6 millions de logements toutes formules confondues.

Les efforts soutenus de l’Etat visent à terme à juguler la crise du logement. En sus de la réalisation de près d’un million de logements publics locatifs destinés aux citoyens démunis, les pouvoirs publics ont décidé de la relance de la formule locationvente ciblant les citoyens à revenus moyens.

Près de 230.000 logements sont ainsi prévus d’être réalisés par le promoteur public AADL.

Un autre segment d’offre de logement a été introduit avec la formule (logement promotionnel public (LPP) ciblant les citoyens disposant de revenus intermédiaires se situant entre six fois et douze fois le SNMG. La réalisation de près de 150.000 logements est prévue dans le cadre de cette formule.

Ces différentes mesures concourent à donner une traduction concrète aux directives du chef de l’Etat visant à “faire de l’accès au logement, tant dans les villes que dans les campagnes, une réalité tangible”

 

Source : APS du 31.12.2103