Le Premier ministre Noureddine Bedoui a affirmé samedi que la réalisation des nouvelles villes et pôles urbains doit obéir à une vision d’avenir conformément aux standards en vigueur en tant que vitrine de l’Algérie nouvelle en termes de bien-être de nos concitoyens et d’attractivité de nos territoires, indique un communiqué des Services du Premier ministre.

Lors d’un Conseil interministériel consacré à l’examen de la situation des nouvelles villes et pôles urbains, qu’il a présidé, M. Bedoui a souligné que la réalisation de ces villes et pôles urbains ne doit pas être limitée à la concrétisation des programmes de logements, mais constituée une entreprise intégrée couvrant l’ensemble des opérations d’aménagement, de raccordement aux différents réseaux et de réalisation des structures nécessaires, en veillant à garantir le transport urbain et à créer les espaces verts en vue de les hisser au rang de villes durables.

Après avoir assuré que le financement nécessaire sera dégagé, M. Bedoui a mis en avant l’importance de la contribution des opérateurs économiques et de leur association aux opérations de réalisation, à la faveur notamment de la libération du marché foncier.

A ce propos, le Premier ministre a décidé “la prise en charge de toutes les préoccupations soulevées et l’approbation des propositions formulées, en vue de leur concrétisation suivant une vision d’avenir conformément aux standards des nouvelles villes en vigueur, notamment en matière de gouvernance et d’utilisation de nouvelles technologies, de solutions intelligentes et d’énergies renouvelables, en tant que vitrine de l’Algérie nouvelle en termes de bien-être de nos concitoyens et d’attractivité de nos territoires”.

A cet effet, il a été décidé lors de cette réunion la levée de toutes les contraintes sur les opérations d’urgence (voieries, réseaux de gaz, d’électricité, d’eau potable et d’assainissement, et aménagement), notamment à Sidi Abdellah (Alger), Bouinane (Blida), Draa Errich (Annaba), Ain Nehass (Constantine) et Ahmed Zabana (Oran), outre l’installation d’un conseil technique intersectoriel en vue d’apporter un appui en matière de gestion et de gouvernance aux établissement en charge de la gestion des nouvelles villes et pôles urbains, supervisé par le ministère de l’Intérieur à travers la Direction générale de l’Aménagement et de l’Attractivité du Territoire, le Centre national d’études et d’analyses pour la population (CNEAP) et à l’Agence nationale à l’aménagement et à l’attractivité des territoires (ANAAT), ajoute le communiqué.

Dans le même sens, il a été décidé également la mise en place d’un guichet unique regroupant les services du Domaine, du Cadastre, de l’Urbanisme, et de la Conservation foncière pour le parachèvement des procédures relatives aux actes et au foncier, outre l’approfondissement de l’étude prospective sur les nouvelles villes et pôles urbains confiée au CNEAP et à l’ANAAT à travers une approche participative s’appuyant à une vision scientifique, où la population de ces villes, notamment de Sidi Abdallah, Ali Mendjeli et El Menia, aura un rôle majeur dans la définition des priorités, en associant l’Université, en particulier les étudiants et les chercheurs.

De même qu’a été soulignée “la nécessaire conformité du mode de réalisation des nouvelles villes et pôles urbains aux priorités de développement, arrêtées par le Gouvernement, notamment en matière d’utilisation des énergies renouvelables”, ajoute encore le communiqué qui précise qu’il a été décidé dans ce sens que “la nouvelle ville d’El-Menia soit une ville intelligente et durable fonctionnant intégralement aux énergies renouvelables”.

Dans le même ordre d’idées, le Président directeur général de la Sonelgaz a été instruit d’œuvrer à l’adaptation du plan de développement de l’entreprise à la stratégie nationale en matière d’énergies renouvelables, dont l’utilisation exclusive a été décidée dans tous les nouveaux projets et équipements publics dans le Sud et les Hauts plateaux, dans l’objectif de concrétiser des partenariats entre des entreprises nationales et étrangères expérimentées pour faire de l’Algérie “un pays pionnier dans l’économie verte”.

Le Premier ministre a mis l’accent, dans ce cadre, sur l’impératif de relancer la vocation technologique de la nouvelle ville de Sidi Abdallah et d’œuvrer à la concrétisation des projets restants suivant cette optique, en vue d’en faire un parc technologique au service du développement et un incubateur de projets innovants.

Par ailleurs, il a été décidé concernant le projet de la nouvelle ville de Hassi Messaoud de lui consacrer un Conseil interministériel propre .

Lors de ce Conseil interministériel, tenu en présence des ministres de l’Intérieur, de l’Habitat, de l’Energie, des Ressources en Eau et de l’Environnement et des Energies renouvelables, outre le Secrétaire général du ministère des Transports et des Travaux publics, le Chef de cabinet du ministre des Finances, des Walis d’Alger et de Blida, du directeur général du Domaine national, du président directeur général de Sonelgaz et des responsables d’organes chargés de la gestion des nouvelles villes, il a été procédé à la présentation des résultats du travail des Sous-commissions dont la mise en place avait été ordonnée par le Premier ministre lors du Conseil interministériel consacré à l’examen de ce dossier le 21 juillet 2019.

La réunion a examiné, en outre, l’état d’avancement de l’encadrement administratif et technique des circonscriptions administratives, dont les walis délégués avaient été désignés en septembre dernier.

APS