Lors des différentes phases qui ont suivi les études de dossiers, près de 500 cas de tricherie ont été relevés dont 250 cas ont émané des demandeurs du centre-ville.

La ville d’Oran est vraisemblablement gagnée par la protestation envahissant plusieurs quartiers dont les populations continuent à revendiquer leur droit à une habitation décente. Hier, plusieurs mouvements de protestations ont été observés hier par les occupants de l’habitat précaire et ceux résidant dans le vieux bâti de Derb, Gambetta, Carteaux, Ravin Blanc, Mediouni, El Hamri et Sidi El Houari. Le tramway d’Oran a, pendant toute la matinée d’hier, été contraint de cesser ses navettes après que les habitants d’El Hamri aient observé un rassemblement de protestation dans le croisement tram-automobile de Cherfaoui.
Cette série de protestations a été déclenchée dans le but d’attirer l’attention des pouvoirs publics dont le ministre de l’Habitat, Abdelmadjid Tebboune, en visite d’inspection et de travail à Oran depuis hier. Ce dernier devra présider une opération de relogement de plusieurs centaines de familles. Les services locaux en charge de l’habitat se sont mis en plein branle-bas de combat pour le relogement, ces derniers jours, devant concerner plusieurs familles, la finalité étant de contenir la grogne sociale, notamment celle pouvant émaner des habitants des quartiers populaires. Hier, l’Office de la promotion et de gestion immobilière, l’Opgi d’Oran, s’est lancé dans la premiere opération de recouvrement des paiements de cautionnement des logements sociaux dont seront bénéficiaires quelque 1200 familles occupant depuis de longues années le très menaçant vieux bâti.
Les frais de cautionnement sont fixés à 30.000 dinars à verser aux services de l’Opgi. L’opération a eu lieu dans la salle omnisports de Mediouni sous l’oeil attentif des services de sécurité mobilisés à l’effet de faire face à l’avance à d’éventuels dérapages.
Cette opération aboutira telle que prévue par les responsables locaux, au relogement de plusieurs centaines de familles des quartiers populaires d’El Hamri, Mediouni et Derb. Les familles qui seront relogées ont, dans un passé récent, été bénéficiaires de leurs logements par voie de pré-affectation dont l’engagement a été pris par les services de la wilaya d’Oran, à leur tête l’ex-wali d’Oran, actuellement ministre de la Santé, en l’occurrence Abdelmalek Boudiaf. A ce dernier revient la mesure prise en mettant en place le concept de relogement pas voie de pré-affectation. Dans les plus brefs délais, les familles chanceuses seront donc logées dans leurs nouvelles habitations construites dans les localités périphériques de la ville d’Oran comme Oued Tlélat et Gdyel. Les services locaux en charge de l’habitat et du logement arriveront-ils à contenir la forte demande? Aucune réponse, ne serait-ce qu’approximativement, n’a été apportée sans toutefois omettre l’important chiffre de 6000 logements préts à être attribués dans les tout prochains jours.
Un taux de 50%, soit 3000 de ces habitations, seront réservés exclusivement aux demandeurs résidant dans le centre-ville, notamment ceux des quartiers en décomposition avancée. Cet important lot de logements sera distribué en trois étapes. La première consiste en la prise en charge de plus de 1000 familles avant la fin aout. La deuxième, suivra deux mois après, c’est-à-dire le mois d’octobre et ce, avec le relogement de 600 familles. La même démarche sera clôturée avant la fin de l’année en cours avec une grosse opération qui concernera la prise en charge de plus de 1500 familles. A Oran, tous les coups sont permis quitte à user du faux et d’usage de faux. En effet, les services de l’habitat ont passé au peigne fin plusieurs milliers de demandes. Lors des différentes phases qui ont suivi les études de dossiers, près de 500 cas de tricherie ont été relevés. La majeure partie de cette gabegie (250 cas) a émané du centre-ville.
Source: L’expression