La direction de logement de la wilaya de Mostaganem est au centre d’un grand scandale portant atteinte au foncier agricole, non-respect du code des marchés publics et mauvaise gestion des deniers publics.

 

En effet, un divorce est annoncé entre la directrice du logement de la wilaya de Mostaganem et la directrice de l’agence foncière, à la suite du refus de cette dernière de lancer le projet de réalisation des 100 logements LPA au niveau de la commune de Bouguirat , après qu’elle s’est informée que le terrain affecté au projet par la directrice du logement , est un terrain à vocation agricole. En effet, selon les documents concernant ce projet, dont nous détenons une copie, il s’agit d’un grand scandale de mauvaise gestion qui a couté au trésor public un préjudice financier de plusieurs milliards de cts. Durant l’année 2019, une réunion du guichet unique s’est tenue, sous la présidence de l’ex-secrétaire général de la wilaya, pour la localisation de terrain. Un procès-verbal de localisation de terrain a été dressé et adopté par les membres concernés,  à l’issue de la réunion en date, du 21/04/2019, sous le numéro 58/2019 pour le choix du terrain affecté pour la réalisation de 100 logements ‘’LPA’’,  à Terfès, commune de Bouguirat, d’une superficie de 7000m2. Le terrain choisi se trouve à l’intérieur du ‘’POS Terfès 3’’, concluant que c’est un terrain domanial (EAC reprise par décret 11/237.) Ainsi, la directrice du logement, également directrice de l’agence foncière par intérim, durant la période de 2019, avait affecté le projet de la réalisation des 100 logements LPA De Bouguirat à l’agence foncière et a lancé l’étude du projet qui lui a couté la bagatelle de 700 millions de cts.  Mais, malheureusement tout est tombé à l’eau après que la conservation du Cadastre a relevé que ledit terrain est un terrain agricole. En effet, le Cadastre, a instruit l’agence foncière par le biais d’une correspondance (RELEVE) en date du 25/06/2019 sous le numéro 9696/2019, que le terrain situé à la zone Terfès (Bouguirat), choisi pour le projet des 100 logements LPA est un terrain de nature (terre de culture) appartenant aux EAC 27 /28, DAS SI ANTAR. Et c’est la raison pour laquelle l’actuelle directrice de l’agence foncière a refusé de lancer le projet. Notons qu’un autre promoteur au niveau de la commune d’Achacha qui a bénéficié d’un projet de réalisation de 30 logements LPA vit le même problème après, que le terrain qui lui a été affecté s’est avéré être  un terrain agricole. Dans le même sillage, il est a signalé, que la direction de logement est épinglée par sa gestion catastrophique dû au zèle et ses décisions irréfléchies. Nous apprenons que plusieurs entrepreneurs et bureau d’études, ont esté la direction de logement en justice pour dédommagement et qu’ils ont eu gain de cause. Aux dernières nouvelles, nous avons appris que la justice a condamné la direction du logement à verser des dédommagements de près de 3 milliards de cts à l’entreprise plaignante. Les faits de cette affaire remontent à quelques mois, quand la directrice du logement avait annulé des projets affectés à des entreprises, alors que les soumissionnaires avaient en main les documents   d’attribution des projets et les ODS (ordres de service). La direction est également au cœur d’un autre scandale concernant la passation des marchés d’études concernant les projets de la rénovation des vieux Immeubles estimés à un montant de près de 400 milliards de cts. Une enquête est indispensable pour lever les zones d’ombre sur la gestion de cette directrice, qui a géré la direction du logement  et la DLEP, depuis près de 10 ans à Mostaganem et chapeautée l’agence foncière, durant la période 2018-2019.

 

Reflexion du 12.03.2020