Bien qu’ils soient détenteurs d’une attestation de préaffectation et qu’ils aient réglé les montants relatifs aux trois tranches, les travaux de réalisation des immeubles intégrant leurs appartements respectifs n’ont pas été encore entamés.

Des souscripteurs au programme locationvente de 2001 affectés à Sidi Abdellah sont dans une situation embarrassante. Bien qu’ils soient détenteurs d’une attestation de préaffectation et bien qu’ils aient réglé les montants relatifs aux trois tranches, les travaux de réalisation des immeubles intégrant leurs appartements respectifs n’ont pas été encore entamés.

Pis, le terrain affecté à cette construction serait dans une situation de litige, d’après certaines informations colportées au niveau du site. Présentement, ces acquéreurs amorcent une démarche pour réclamer plus de clarté de la part de la direction générale de l’AADL. Rencontrés au niveau du site Q28-29, les délégués de ces souscripteurs n’ont pas hésité à exhiber les attestations de versement relatives au paiement de la troisième tranche, pour corroborer leurs affirmations.

«Si on se conforme aux déclarations du ministre de l’Habitat, on en déduit que les préaffectations correspondent à une réalisation de 70% du logement attribué. La réalité est toute autre. Aucune pierre n’a été posée et le lancement des travaux relève toujours de l’inconnu. Plus grave encore et s’agissant de notre cas, nous avons reçu un ordre de versement relatif à la troisième tranche en mars 2017. Nous l’avons payé pour être en conformité avec le règlement», a précisé le délégué des souscripteurs.

Pour le relayer, un autre représentant affirme que les souscripteurs ont déjà payé la totalité d’une somme estimée à 405 000 dinars. «Bientôt, nous recevrons l’ordre de versement pour la quatrième tranche, dont le montant est fixé à 135 000 dinars. Comme convenu, cela sera suivi immédiatement par le paiement des frais du notaire et la remise des clés de l’appartement.

Or, les travaux n’ont même pas commencé et le terrain affecté pour la construction de nos immeubles identifiés par la tranche A1- A11, est occupé», a-t-il expliqué. Une simple observation effectuée après un rude déplacement à travers des terrains boueux confirme les déclarations de ce représentant.

En effet, trois maisons bien entretenues s’élèvent dans ce fameux terrain. A côté, s’étend une exploitation agricole bordée par des brise-vents. On peut y voir de jeunes pousses de blé qui émergent de terre. Un peu plus en avant, d’autres vieilles bâtisses abritent encore quelques familles.

En contrebas, une lignée d’immeubles inachevés et dont la réalisation a été confiée à l’entreprise turque «Atlas», correspond à la tranche A12-A29, longe le terrain précité. Interrogé, un conducteur d’un engin agricole a cependant évoqué un cas de relogement de six familles ayant occupé un terrain situé un peu plus loin.

«Maintenant, nous comprenons aisément que le terrain retenu pour la construction de nos immeubles est litigieux. Nous demandons à la direction générale de l’AADL de régler ce cas de litige et de lancer les travaux afin d’y ériger les immeubles figurant au programme ou bien de nous réaffecter sur un autre site de Sidi Abdellah.

Ce serait une bonne manière de donner une lueur d’espoir à beaucoup de souscripteurs qui continuent de consacrer une bonne partie de leur budget pour couvrir la location des logements qui les abritent et à ceux qui sont hébergés par leurs parents», a fait remarquer un des représentants des souscripteurs.

source:elwatan

Commentaires