Le wali d’Oran a ordonné aux responsables des services concernés de raser toutes les constructions illicites dont les occupants ont été relogés, afin de récupérer l’assiette foncière. Ce terrain s’étend sur plusieurs dizaines d’hectares et va abriter un projet de réalisation de logements de type LPA, indique-t-on.

Après le relogement, hier, de 1600 familles du bidonville de Sidi El Bachir, une opération de démolition de quelque 600 habitations illicites a été lancée à partir d’hier et va se poursuivre le long de la semaine, a-t-on appris de sources responsables.

Le wali d’Oran, présent lors de cette opération de relogement, a ordonné aux responsables des services concernés de raser toutes les constructions illicites dont les occupants ont été relogés, afin de récupérer l’assiette foncière. Cette dernière s’étend sur plusieurs dizaines d’hectares et va abriter un projet de réalisation de logements participatifs aidés (LPA), indique-t-on.

Pour rappel, ce programme LPA a été retenu lors de la dernière visite du ministre de l’Habitat à Oran. Pour revenir aux 1600 familles relogées, elles l’ont été dans le cadre de la résorption de l’habitat précaire et avaient été recensées dans le cadre d’une vaste opération de recensement et de vérification menée par une commission mise en place par l’APC de Bir El Djir.

L’ancienne APC avait recensé 1000 familles bénéficiaires de ce programme de résorption de l’habitat précaire. Le reste des logements, soit 600, a été destiné aux mal-logés du chef-lieu de la commune. La commune de Bir El Djir a déjà bénéficié d’un programme de 1250 logements de type public locatif implantés à Belgaïd.

Source: le quotidien d’Oran