Les bénéficiaires des 454 logements sociaux de la commune de Bouira arrivent enfin au bout de leur attente qui a duré près de sept mois. Ils étaient invités avant-hier à assister à l’opération du tirage au sort qui s’est déroulée au niveau du théatre communal Salah Sadaoui, et qui leur permettra de connaître le positionnement de leurs logements et leurs quartiers.

Jusqu’ici tout semble normal. Cependant, le hic réside dans le fait que la liste définitive des bénéficiaires n’a pas été rendue publique par les services de la daira de Bouira. Les services de la daïra ont fait appel aux personnes qui figuraient sur la première liste pour récupérer leurs convocations. Ce qui a mis en colère les demandeurs de logements ayant introduit les recours le mois d’août 2014, accusant l’administration d’avoir maintenu la même liste.

Il est question de plus de 3500 recours qui ont été déposés au niveau de la commission de daïra. 28 recours seulement ont été jugés recevables. «J’ignore toujours ce qu’ils ont fait de mon recours. S’ils l’avaient étudié comme il se doit, mon nom figurerait sur la liste définitive des bénéficiaires. Nous sommes treize personnes à occuper un appartement de trois pièces. C’est la galère au quotidien. Mon voisin qui n’est pas dans le besoin a bénéficié d’un logement et son nom figure toujours sur la liste», a déclaré un citoyen.

Un autre postulant souligne qu’il a tout fait pour faire valoir ses droits à un logement social. En vain. Sa demande de logement date de plusieurs années. «J’ai écrit à tous les responsables, même au Premier ministre. Le chef de daira n’a rien voulu entendre. Les demandes d’audience sont restées lettres mortes», dit-il. Un autre mécontent, Bouchen Abdelkrim, qui habite le haouch Bouchen Tahar, Rue Aissat Idir, ira jusqu’à déclarer que les recours déposés au niveau de la commission de daira n’ont pas été pris en considération.

D’aucuns estiment que la gestion de ce dossier npar les autorités locales laisse planer des doutes. Juste après l’affichage de la liste en août 2014 et suite au mouvement de protestation qui a eu lieu, le wali avait annoncé le gel de l’opération d’attribution et la mise en place d’une commission d’enquête.

Fin décembre de la même année, le même responsable déclare que la commission en question n’a jamais existé. Concernant la disponibilité des logements pour les 454 bénéficiaires, le chef de daïra de Bouira affirme qu’il y a des unités qui ne sont pas encore achevées. Pour les habitants des haouchs qui figurent sur la liste, leur relogement aura lieu prochainement, sans préciser la date. «Pour les haouchs, après le relogement, on va procéder à la démolition de ces habitats précaires», a déclaré le chef de daïra.

Elwatan