Après une longue attente, les professeurs d’enseignement moyen exerçant dans la localité d’Abalessa, à 100 km de Tamanrasset, ont enfin pris possession de leurs logements de fonction.

Toutefois, leur joie a été de courte durée en découvrant que ces habitations auxquelles des sommes astronautiques ont été allouées, ne sont pas raccordées au réseau d’électricité et celui de l’assainissement. Douze logements, vandalisés et saccagés avant même leur réception, ont été attribués dans des conditions scandaleuses. Criant à l’arnaque, les bénéficiaires ont vainement interpellé les services chargés du projet auprès de la direction de l’éducation de la wilaya. Les appels lancés via la radio locale sont restés sans réponse. «Ces logements sont inhabitables et indécents. J’invite nos responsables à constater la situation dans laquelle évoluent les enseignants bénéficiaires, au lieu de se contenter des déclarations panégyriques et mensongères du maître de l’ouvrage. Si certains enseignants se sont déjà désistés de leur attribution, d’autres, besoin de logement oblige, ont engagé des opérations de réhabilitation à leurs dépens, en espérant qu’ils se feront indemniser par les autorités compétentes».

Contacté par nos soins, le directeur de l’éducation, Abdelkader Benhaoued, a tenu à expliquer qu’une commission a été installée dernièrement pour «s’enquérir de la donne et réunir toutes les informations liées à la gestion de ce dossier». Fraîchement installé, le DE dit avoir saisi, par le biais de l’OPGI, maître d’œuvre, l’ensemble des intervenants, Sonelgaz, l’Algérienne des eaux (ADE) et la Direction du logement et des équipements publics (DLEP), pour parachever les travaux convenus dans le cahier des charges et, par conséquent, procéder à la réception du projet.
Source: El Watan