Des familles, dont le nombre n’a pas été déterminé, occupant actuellement des sites de la vieille ville de Constantine, concernées par la vaste opération de restauration du patrimoine culturel et historique de la ville des rochers «seront progressivement relogées dans des habitations neuves, à partir de la semaine prochaine», a annoncé hier le wali de Constantine, M. Hocine Ouadah, lors de sa tournée, dans les chantiers et sites rentrant dans le programme de préparation de la manifestation «Constantine, capitale de la culture arabe 2015». Le wali a souligné que cette mesure qui revêt un caractère urgent permettra de libérer la voie pour le lancement immédiat des travaux de restauration qui seront engagés par les 70 entreprises chargées de l’opération de restauration laquelle touche près d’une vingtaine de points de la vieille ville. Le wali a précisé que l’évacuation de ces familles se fera dans le cadre général de relogement des familles de la vieille ville dont les bénéficiaires sont titulaires des bons octroyés selon la formule «contrat-programme».

Pour rappel, le programme de réhabilitation du patrimoniale de la vieille ville de Constantine qui est composé essentiellement de la partie haute appelée la Casbah et la partie basse qui englobe le vieux quartier de Souika, compte 18 sites culturels et historiques. Et dans son essence, ce programme porte sur la mise en valeur des places principales et placettes de la vieille ville, telles que, par exemple, la place de Souk El-Asser, celle de Rahbet Essouf et la place de Sidi-Djelis. Les «derbs» (passages), comme celui de Bencharif, derb Bencheikh-Lefgoun, pour ne citer que ces deux sites, la mise en valeur des fondouks, à l’instar de celui appelé fondouk Benhamadi, celui de Djaballah et fondouk Ezzit, etc. Il y a aussi les mosquées importantes, les zaouïas, les hammams, la fameuse Médersa El-Kettania, les anciens bâtiments de la Casbah, la reconstitution de la partie basse de la Souika avec ses jardins, etc. L’ensemble de ces sites constituant en tout 18 opérations de restauration patrimoniale. Et parmi ces 18 sites, il y en a 15 qui se trouvent à l’intérieur des limites du secteur sauvegardé de la vieille ville. Notons pour terminer, qu’auparavant, et à plus d’une occasion, on avait cité un nombre dépassant les 75 familles de la vieille ville qui doivent être relogées pour que les entreprises de restauration aient le champ libre pour lancer les chantiers.

Source: Le Quotidien d’Oran


Notre rédaction est constituée de simples bénévoles qui essaient de regrouper toute l'information concernant le logement dans un seul et même site