L’éradication de la crise du logement et la suppression de l’impôt au profit des catégories à faible revenu sont les principales grandes lignes du volet social que compte le programme du président de la République, Abdelmadjid Tebboune.
Rym Nasri – Alger (Le Soir) – Pour le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, le domaine social revêt une grande importance tout autant que l’économie du pays.
Dans le programme qu’il compte justement mettre en œuvre, ce volet, affirme-t-il, bénéficiera de «toute l’attention» et aura «une grande priorité», afin de promouvoir le niveau de vie du citoyen algérien. «La classe moyenne et notamment la couche vulnérable trouvera l’Etat à ses côtés, pour lui assurer une vie digne qui préserve sa dignité, par la mise en œuvre de tous les engagements inscrits dans le programme électoral», a-t-il assuré jeudi dernier, dans son premier discours à la Nation à l’issue de la cérémonie d’investiture tenue au Palais des Nations, à Alger.
Le Président Tebboune fait ainsi de l’éradication de la crise du logement sa priorité. Selon lui, l’Etat s’attellera à éradiquer définitivement cette crise qui perdure. «Je n’accepterai jamais qu’un Algérien vive dans un taudis ou une baraque, par souci de préserver sa dignité», a-t-il souligné.
Autre mesure promise : la suppression de l’impôt pour les faibles revenus. Abdelmadjid Tebboune s’est non seulement engagé à supprimer cet impôt sur le revenu global (IRG) des catégories à faible revenu, mais aussi à revaloriser les salaires des Algériens afin d’améliorer leur pouvoir d’achat qui ne cesse de se détériorer.
L’Etat œuvrera «vigoureusement à augmenter le pouvoir d’achat de tous les citoyens, notamment la classe moyenne et vulnérable, tout en supprimant l’impôt pour les catégories à faible revenu», a-t-il soutenu. Toujours dans le souci d’améliorer le niveau de vie des citoyens, le chef de l’Etat évoque également les nombreux problèmes de différentes franges de la société. Il promet, à cet effet, de se pencher sérieusement et en urgence sur les problèmes en suspens liés notamment aux invalides, aux radiés, aux retraités, aux rappelés de l’armée, aux travailleurs dans le cadre des programmes d’insertion, et personnes aux besoins spécifiques afin de leur trouver des solutions. Il estime que l’Algérien «doit ressentir son algérianité et vivre en dignité».
Ry. N.

 

Source : Le soir d’algérie du 21.12.2019